Synopsis:

Une star de l’âge d’or du cinéma argentin, un acteur au crépuscule de sa vie, un scénariste frustré et un ancien réalisateur partagent une grande maison à la campagne. Ils mènent une vie paisible entre souvenirs et nostalgie, jusqu’à l’arrivée d’un jeune couple d’agents immobiliers sans scrupules, prêt à tout pour récupérer la propriété… Mais c’est compter sans la malice de ces septuagénaires…

Critique:

Nous sommes là devant une délicieuse comédie noire dans laquelle Campanella aborde de multiples questions, avec un succès certain. C’est un portrait au vitriol de l’amitié et de l’amour, une analyse lucide des éternelles luttes entre générations, celle des jeunes ambitieux toujours prêts à prendre la place des plus vieux qui se défendent, forts de leur sagesse et de leur expérience. C’est aussi un hommage appuyé au cinéma argentin (plus particulièrement à une grande dame, Graciela Borges) et au cinéma classique hollywoodien, une exaltation de la vie et de l’intelligence. C’est aussi la revendication de l’art de la tromperie, une dénonciation sans ambages de la spéculation et du capitalisme sauvage. Mais, au-delà de tout cela, c’est un film très drôle, aux dialogues brillants, acérés, cyniques, à double ou triple tranchant, à l’interprétation souveraine de quatre acteurs en état de grâce qui, à eux tous, cumulent trois siècles d’existence, des tonnes de talent et d’expérience. Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces…
Alberto Luchini, El Mundo

Titre original

EL CUENTO DE LAS COMADREJAS

Réalisateur

Juan José Campanella

Pays

Argentine Espagne

Scénario

Juan José Campanella, Darren Kloomok

Photographie

Félix Monti

Montage

Juan José Campanella

Musique

Emilio Kauderer, Irving Victoria

Production

100 Bares, Tornasol Films S.A., Telefe

Distribution

Eurozoom